Le monde de Dryzengard.

Ce monde est principalement composé de mers sur lesquelles reposent deux continents bien distincts, Yvellios et Angoria. Les nations humaines de chacune de ces grandes landes ont formé il y a plusieurs siècles déjà un pacte d’alliance ainsi que plusieurs accords de commerce, et vivent dans une certaine prospérité. Les terres sont pour beaucoup propices à un certain niveau de culture, et tant que l’on ne pousse pas trop loin les élans coloniaux en terrain inconnu, il n’est pas trop dangereux de s’aventurer loin de chez soi….

Cela était vrai jusqu’il y a quelque temps à peine sur l’échelle humaine, soit en l’an 445 du Pacte d’Union (445 P.U.), il y a donc moins de 55 ans. Car aujourd’hui, à la moitié de l’an 499 P.U., la magie est chose concevable, et ne fait donc plus partie du folklore, les dieux semblent nous répondre favorablement par plusieurs signes et miracles, des tentions se créent entre les seigneurs, une grogne semble s’abattre sur la populace, des rumeurs de nouvelles Terres font surface… Il y a même quelques témoignages traitant de créatures qui n’existaient, à notre connaissance, que dans les légendes. Et une panoplie de tempêtes désastreuses, anéantissant des zones très localisées, comme si ces déchirures des cieux n’étaient point naturelles, font rage de temps à autres depuis une cinquantaine d’années..

Le chaos semble s’emparer du monde autrefois merveilleux qu’est Dryzengard. Certains clergés parlent de visions apocalyptiques. Les aventuriers se multiplient à mesure que des éclaireurs font part de ruines, cavernes et sanctuaires nouvellement découverts. Les populations de gobelins se multiplient, pour ne pas nommer l’état d’aggravation de situations en ce qui concerne les autres races ennemies des hommes..

Toutefois, tout n’est pas si noir.
Les aventuriers fouinant les tombes et cavernes rapportent divers richesses et des objets de grande envergure, voir des artéfacts sacrés. En ce qui concerne les sages, leur gain de connaissance magique semble leur porter une aide favorable dans leurs nombreuses recherches académiques, et certains prétendent dors et déjà que les choses vont se stabiliser, et qu’à mesure d’adaptation aux changements et d’endurance aux épreuves courantes, les populations subsisteront pour enfin entrer dans un nouvel âge d’or.

Tout n’est pas perdu…

Chroniques de Dryzengard

traveller771 mixolydia Tulas